Les rêves de Sept

sept.jpg

Dans une chanson du premier album de Louise Attaque, ‘L’imposture’, un détail m’a toujours fasciné :

Mourir d’amour – je veux dire –
C’était pas pour vous fuir ;
Et juste un mot pour vous dire :
C’était pas pour vous.

Réutiliser une phrase en enlevant juste le dernier mot pour lui donner un sens complètement différent, c’est d’une efficacité redoutable, surtout pour conclure sur une telle gentillesse : « Mourir d’amour (…) : c’était pas pour vous.« 

[…]

Dans une autre vie, j’ai interviewé Sept, un rappeur à la plume d’or et à la voix d’ogre. J’ai découvert récemment un de ses morceaux, intitulé ‘Rêves partis’. Rêves partis, rave party, jeux de mots, marrant, ah ah, bon.

Ses couplets regorge de liesse, d’espoir et joie, et pour rester dans le ton, il assène plusieurs fois au refrain : « Rêves partis… » ; puis ajoute : « Rêve pas. » Magie du scratch, c’est la même phrase que l’on entend, tronquée la seconde fois !

Rêves partis / Rêve pas

J’aime beaucoup. Je vois plusieurs interprétations possibles à cet enchaînement, et chacune d’entre elles me plaît.

J’ai croisé Sept l’autre jour et lui ai parlé de ce refrain. Homme honnête, il m’a avoué que l’idée de ce scratch ne venait pas de lui mais du DJ, BoolChampion – à l’origine de la compilation « Dr Mahbool injection » (entièrement téléchargeable en ligne) sur laquelle apparaît le morceau.

Ecrit par Rémi

Publicités

10 Responses to Les rêves de Sept

  1. Rémi dit :

    Suggestion de Lartizan à tous les auteurs de musique en herbe : écrire un texte en s’appuyant systématiquement sur ce principe de phrase coupée.

    « Je me disais toujours : mes parents, je leur dois tout, je ne les remercierai jamais assez. Mais, le temps passe, et à force d’attendre le bon moment, je crois que je ne les remercierai jamais. »

  2. Lartiz' dit :

    En même temps apres je me suis dit que ca faisait un peu almanach vermot non comme systeme ?

    PS > la prochaine fois que tu repars avec mon sac a dos qui contient mes affaires persos tu previens hein, comme ca je te dirais que tu t’es trompé de sac.

  3. Rémi dit :

    C’est quoi l’almanach vermot ?

  4. Anonyme dit :

    c’est un almanach avec des blagues pourrites et calembours, jeux d emots, c’es devenu une expression pour dire « humour pourri bas de gamme » chez moi en tout cas. genre « la réponse au mystere est cachée derriere le poteau rose », c’est une blague almanach vermot.

  5. Rémi dit :

    OK, je vois. Peut-être qu’effectivement, ça ferait un peu balourd en systématique…

  6. […] réjouissantes et trop rares. Dernière en date, le morceau ‘Lanternes rouges’ (lui aussi issu de la compilation de […]

  7. Rémi dit :

    Je suis entrain de lire « Atlas shrugged », d’Ayn Rand, et voilà le passage sur lequel je viens de tomber :

    You want unearned love. You want unearned admiration. You want unearned greatness. You want to be a man like Hank Rearden without the necessity of being what he is. Without the necessity of being anything. Without… the necessity… of being.

  8. Rémi dit :

    Toujours dans le même livre :

    I can’t bring men down to their knees in admiration – but I can bring them down to their knees.

  9. Reivax dit :

    Dans Arizona Dream, Faye Dunaway dit à Johnny Depp lors d’une dispute : « I want you to leave ! I want you to leave… I want you » (et elle l’embrasse).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :