Être geek

geek.gif

Depuis que mon orientation professionnelle m’a fait découvrir les joies de la programmation informatique, j’ai toujours senti qu’il me manquerait l’état d’esprit qui ferait de moi un programmeur hors-pair.

Ce constat un peu flou a pris tout son sens lors d’une formation. Pour me permettre de cadrer un peu les maigres connaissances que j’avais acquises sur le tas, mon employeur m’a gentiment octroyé trois jours de formation sur un langage de programmation incontournable sur internet : PHP. La formation avait lieu dans une boîte informatique de renom.

Les conditions étaient idéales : nous n’étions que deux élèves pour un formateur. Royal. Et pourtant, dès le premier jour, j’ai senti que j’allais tirer peu de choses de cette formation. Le hic ? Le formateur était un geek. Un geek adorable, serviable, qualifié, mais un geek. Tendance dur.

Je passe sur le jargon incompréhensible qui a émaillé cette session de formation pour me concentrer sur un détail qui m’a fait mesurer le fossé qui me séparait de ce jeune homme.

Au début de la première journée, alors que nous installons le douzième logiciel censé me faciliter la vie par la suite, nous rencontrons un problème de configuration. Je soupire : j’ai hâte que l’on commence la formation pour de vrai. Mon geek, lui, esquisse ce que je crois – ce que je crains – être un sourire. Il creuse un peu le problème, parvient à contourner l’obstacle, et lance l’application. Mais rien ne fonctionne. Enfin, si, des choses fonctionnent, mais pas du tout comme prévu. Le formateur teste un peu cette version buggée du logiciel, et s’exclame : « Il faut absolument que je montre ça aux autres !« . Et le voilà qui sort du bureau pour ramener des collègues et leur montrer ce bug visiblement inédit.

C’est alors que je comprends ce qui me manque. Je déteste quand l’informatique ne marche pas. Ce qui est exactement le contraire de la joyeuse bande de lurons qui s’agitent devant moi. Pour eux, les échecs deviennent des références communes, des sujets de blagues. Visiblement, la découverte d’un nouveau bug est source de fierté, pas d’énervement.

Depuis, j’en ai pris mon parti. Je ne serais jamais un geek, et tant pis pour mes ambitions d’informaticien. Par contre, sur mon CV, j’ai rajouté une ligne : dans la rubrique « Langues étrangères », en-dessous de l’anglais et de l’italien, j’ai précisé : « Geek : courant ».

Ecrit par Rémi

Publicités

8 Responses to Être geek

  1. glorb dit :

    A force d’évoluer dans un monde de semi-geek (je fais du flash, pas du C), j’en étais venu à oublier qu’un 100% non-geek attribue sans cesse des sentiments et des comportements à sa machine. Genre oh non je sais pas ce qu’il me fait là, il veut plus faire ça. Je pense que c’est une façon de se raccrocher à des habitudes de comportements. Je pense aussi que c’est une bonne façon de se dédouaner en disant : j’ai rien fait, c’est lui là, il veut plus faire ça.

    c’est vrai qu’un joli bug, c’est chouette parfois.

    Mais je comprend que ça ait pu te saouler en formation ! :D

  2. Catharsis dit :

    Semi-geek, semi-geek… Et cette barbe alors, c’est pas du 100% pur geek ?!

    Mais d’ailleurs, j’y pense : Rémi a aussi une vraie barbe de geek. Ouh le déni de soi !

  3. glorb dit :

    merde c’est vrai !

    Mais il est où hein le rasoir usb qu’on nous promet depuis des années ?

    Vérification faite, ça existe depuis longtemps. Fallait s’en douter.

  4. glorb dit :

    le truc c’est que j’ai pas assez de temps, il me faudrait un rasoir firewire.

    voila comme ça c’est fait.

  5. Lartiz' dit :

    Ca remonte un peu ça nan ? Il me semble avoir entendu cette histoire de ta bouche il y a quelques mois. Je l’aime beaucoup.

  6. Rémi dit :

    @glorb : Ah mais un bug, ça me saoule systématiquement, pas qu’en formation !

    @Catharsis : tant que je ne ferais pas de blagues sur les rasoirs USB/firewire, je crois que ma barbe restera juste le signe d’une forte pilosité :)

    @Lartiz’ : oui, l’histoire est vieille d’un an… mais cette scène continue de me hanter !

  7. Catharsis dit :

    Hahaha…

    Tiens, une question me taraude : est-ce que le mot « Geek » se prononce « Gueek » comme Guillaume ou « Geek » comme Gérard ?

    Fait étonnant : « Geek » doit faire partie des mots que j’ai le moins prononcé de ma vie, du coup je suis tout perdu.

  8. glorb dit :

    gueek.

    j’assume mes blagues sur les rasoirs. ;)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :