Le double cauchemar de « L’Antre de la Folie »

in-the-mouth-of-madness.jpg

Puisque l’on est dans le registre des petites peurs adolescentes, je me rend compte qu’il y a relativement peu de films qui m’ont vraiment terrorisé. Je ne demande que ça pourtant, mais je ne pourrais pas citer énormément de longs-métrages qui ont transformé la distance entre la télé et ma chambre en un parcours de train-fantôme. De tête, il y aurait bien « Les Autres » d’Amenabar. Ou la séquence où les Mogwaïs se transforment en Gremlins dans le classique de Joe Dante. Ou la mort du père de Jacques dans « Le Grand Bleu ». Mais je m’égare.

Ceci dit, il y a un film qui m’a bien terrifié quand j’étais plus jeune, c’est « L’Antre de la Folie » de John Carpenter (1995). L’histoire d’un enquêteur en assurances (Sam Neill) qui part à la recherche de Sutter Cane, un auteur de livres d’épouvantes mystérieusement disparu au moment même où son dernier best-seller semble transformer ses lecteurs en bêtes assoiffées de sang. Incrédule au départ, le héros va plonger dans une spirale entre cauchemar et réalité jusqu’à perdre pied (et la raison) au coeur de l’horreur épidémique crée par Sutter Cane.

Il y a un moment de « L’Antre de la Folie » que je me force à anticiper à chaque fois que je revois le film car à l’époque, il m’avait vraiment foutu les boules. C’est un truc tout bête : le héros est chez lui, un peu crevé. Son enquête débute à peine, il parcourt les pages des livres de Sutter Cane et finit par s’assoupir. Coup classique du cinéma d’épouvante : il fait un cauchemar. Seul dans une ruelle, on le voit surprendre un flic quasi-zombie qui passe à tabac un pauvre type. Les images gores strillent l’écran et juste avant de se faire massacrer à la hache, le héros se réveille en sursaut sur son canapé. Ouf, on respire. Retour à la réalité ? Sam Neill se retourne et là BOUM ! Il se retrouve nez à nez avec le flic sanglant du cauchemar, assis à côté de lui. Nouveau sursaut, et Sam Neill sort enfin de son mauvais rêve.

J’ai toujours adoré cette scène car elle donne le « la » de tout ce que va subir le héros de « l’Antre de la Folie » jusqu’à la fin du film. A partir de cet instant, le spectateur est averti : de la lucidité à la folie complète, le pas a été franchi. Quelque part, je me dis que John Carpenter aurait très bien pu bloquer son film sur cette scène, et faire tourner ce procédé en boucle jusqu’au générique de fin. Imaginez : cauchemar, réveil, hurlement, réveil, hurlement, réveil, hurlement, réveil, hurlement, générique. En plus, je suis sûr que je serais tombé dans le panneau à chaque fois.

Ecrit par Catharsis

Publicités

5 Responses to Le double cauchemar de « L’Antre de la Folie »

  1. Julien dit :

    note pour moi-même : repenser à des trucs anecdotiques de film d’horreur et en faire un papier.

    Je garde un souvenir assez fort de ce film aussi, mais étrangement pas d’une scène en particulier. Je crois juste qu’à un moment y’avait une scène dans une sorte de bar qui m’avait bien fait flipper, mais c’est flou. Comme pour Shining, en fait.

  2. Lartiz dit :

    Ca vous fait pas ca souvent ? Tu rêves que tu te réveille, et que tu fais ta vie, et hop tu te reveilles.
    Quand j’etais jeune, mon père tapait a ma porte pour me réveiller le matin, je disais « mmwwwaaai mwwaiii voilà », je me rendormait, et je revait que je me lavait, buvait mon café etc, et hop mon pere retapait à la porte « bon ça fait 15 mn tu te lèves oui ou non ? ».
    Je detestais ça, l’impression de tout devoir refaire.

  3. Rémi dit :

    Dans le film « La boîte noire », il y a un peu la même idée de double-réveil, mais ça sert tellement à rien que c’est juste agaçant… Un peu le sentiment que tu décris, Lartiz : « Oh, non, on va pas tout se retaper ?! »

  4. Lartiz dit :

    Ahahah un film qui arrive a reproduire les sensations de la vie réelle ne fait pas toujours un bon film, une preuve de plus.

  5. Rémi dit :

    En fait, quand je parlais de double-réveil, je faisais surtout allusion à l’article… Parce que dans « La boîte noire », on est plus dans le cauchemar que dans la vie réelle :)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :