Comme un murmure dans la foule

that_s_my_people_3.jpg

Dans le futur, quand le rap français sera enseigné dans les écoles, « That’s My People » (Supreme NTM, 1998) fera sans nul doute partie des fondamentaux du programme. Avec ses deux notes de piano triste, son scratch made in Method Man et ses couplets sur le malheur existentiel des squatteurs de cage d’escaliers, ce morceau restera dans l’histoire comme la synthèse d’une certaine façon de concevoir le rap mélancolique à la toute fin du 20eme siècle.

Enfin, j’ouvre ma gueule, mais je n’ai jamais été vraiment fan de ce titre. Pendant des années, il n’y avait guère que le passage où Kool Shen dit « Construire est ma seule excuse au fait de prendre l’âge », pour réellement m’interpeller. Peut-être parce que je n’étais pas sûr d’en comprendre complètement le sens … Cette chanson restait en tout cas pour moi un monument du rap français, certes incontournable, mais dont la beauté ne me touchait pas.

Jusqu’à ce récent vendredi soir. Alors que je m’apprêtais à dormir, j’ai allumé la radio, machinalement. A l’antenne, le rappeur Sinik allait diffuser, dans le cadre d’une carte blanche, un « classique du rap français ». Je me suis douté que je n’allais pas échapper à ce « That’s My People », mille fois entendu. Secrètement, j’ai quand même espéré qu’on me passerait la reprise live de 2005 (avec Sinik, justement, et Kery James), ou à la limite la suite, réalisée en 2006 par Sinik (encore lui !) et Kool Shen. Mais quand la version originale a débuté, j’ai soupiré en roulant sur mon oreiller. J’avais quand même autre chose à foutre que de réécouter un morceau dont je connaissais tous les couplets sans même l’avoir voulu ! Pourtant, ce soir-là j’ai eu l’impression de le redécouvrir. Peut-être était-ce dû la fatigue, à la magie de l’instant, ou à l’acoustique de ma chambre, mais en tout cas, j’ai entendu « That’s My People » comme jamais auparavant.

Jusque là, « That’s My People », c’était pour moi une chanson emblématique du crépuscule de NTM : Kool Shen y prend son envol de rappeur solo alors que Joeystarr, qui n’est même pas cité une seule fois, semble être tout entier renvoyé au passé (cf le clip où il n’apparaît que via des archives en noir & blanc). Sans parler de cette bande-son qui donne au titre des airs de dépôt de bilan de toute une époque… Sauf cette fois, derrière les phrases de Kool Shen, je distinguais une autre voix, plus claire, qui appuyait certaines phrases de son arrogance juvénile, à l’aide de « oh », « ah », et « hun hun » à chaque moment opportun. Entendant ça, j’ai bondi de mon lit et, debout dans le noir, je me suis penché au-dessus de ma radio pour augmenter le son. L’oreille collée à l’enceinte, j’ai commencé à plisser les yeux. A la fin du deuxième couplet, le constat était sans appel : cette voix, c’était celle de Busta Flex ! D’un coup, je comprenais beaucoup mieux pourquoi il apparaissait dans le clip du morceau, à pisser fièrement sur l’affiche du FN. Ce morceau, c’était aussi un peu le sien !

Alors que le deuxième couplet défilait, toute l’histoire commune de Kool Shen et Busta Flex m’est revenue en tête. En 1998, Busta Flex c’était un peu la promesse pour Kool Shen d’une nouvelle carrière de mentor de jeunes rappeurs. Busta, c’était le jeune espoir qu’il avait révélé au grand public via le label « IV My People ». C’était un nouveau complice artistique, aussi bondissant que Joeystarr, mais plus jeune, plus joyeux, plus technique aussi. Seulement, passé le disque d’or de Busta, l’union sacrée du vieux sage et du jeune fougueux n’a pas duré très longtemps. Deux ans en tout. Le temps pour Busta Flex de vouloir enregistrer avec d’autres gens, et pour Kool Shen de le lui interdire formellement. Avant même la fin 1999, Busta était parti en solo. Il n’a, depuis, jamais retrouvé le succès de cette époque. Et Kool Shen, lui, n’a jamais recrée cette complicité, avec aucun autre de ses poulains.

Ainsi, au moment du troisième refrain, « That’s My People » s’était déjà trouvé paré d’une nouvelle signification à mes yeux. Car plus qu’aucun featuring m’as-tu-vu, ce qui rend palpables dans le rap les vrais moments d’amitié, ce sont ça : les petites interventions gratuites, discrètes, même pas créditées. Ces petits mots glissés au détour d’une mesure et ces quelques onomatopés en signe de complicité qui viennent figer des relations souvent éphémères. Dès lors, l’espace de trois petites minutes, debout dans le noir, j’ai été triste pour Kool Shen, j’ai été triste pour Busta Flex et j’ai été reconnaissant envers Sinik pour cette révélation nocturne. Alors, une fois encore, merci à lui. Et tant pis pour moi si j’ai mal entendu.

Ecrit par Yacine_ (http://underscore.over-blog.com/)

Publicités

15 Responses to Comme un murmure dans la foule

  1. Rémi dit :

    « Et tant pis pour moi si j’ai mal entendu » : un détail à 3’14 semble aller dans ton sens…

  2. yacine_ dit :

    Arrête, tu me fais mal. Je préfère vivre à tout jamais dans le doute que de me rendre compte que j’ai complètement fantasmé! :)

  3. Rémi dit :

    Euh, non, non, je voulais dire : c’est sûr que c’est la voix de Busta qu’on entend. Regarde le clip, tu vas comprendre…

  4. yacine_ dit :

    Ah ouais en effet, je comprends mieux sa présence à ce passage-là ! Il est bien ce clip quand même.

    (et dans la série « annuaire de sidekicks », pour la scène dans le métro, on repère Dany Boss de Serum)

  5. Julien dit :

    Eh ouais, c’est bien Busta. Marrant, j’avais toujours pensé que c’était Joey Starr qui backait Shen là-dessus. Merci !

    Sinon, en parlant de dépôt de bilan, j’ai toujours trouvé l’outro de cet album super émouvante. C’est beau de finir une carrière de groupe sur cette petite mélodie triste et en faisant des dédicaces. Je suis sûr que dans vingt piges je la réécouterai avec la larme à l’oeil. Et je parle même pas du jour où Shen ou Starr mourront.

    Au fait, il manque un « p » aux deux premiers « people »:-)

  6. Defdon dit :

    Bien sur que c’est Busta, des la premiere minute et ses premiers « hein hein » (0’57 ») on le reconnait.

  7. Nicobbl dit :

    Très sympa ce petit billet. J’adore la façon dont a été inséré la phase de Method Man (putain, d’ailleurs bête d’album ce « Tical) sur ce morceau. Trop classe.

    Et salut la famille ! :-)

  8. yacine_ dit :

    Fou comme ça semble être une évidence pour tout le monde sauf pour moi. Pourtant je l’ai entendu un paquet de fois ce morceau. Je suppose qu’on entend ce qu’on veut entendre.

  9. Rémi dit :

    Pour être honnête, je ne l’avais jamais remarqué avant cet article…

  10. GREUMS AKA MIC TYSON dit :

    good!
    busta, un d super fort encore au jour dui! memsi, son dernier album la piece maitresse na pas marché il é bon, second apres son classic busta flex avec la shoe en gros sur la chette-po
    deu légend du rap francais, mais busta resté un phénomen, esperon qui puisse refer un po surface, avec son street album qui devrai arriver cette année
    peace
    aplus

  11. Rémi dit :

    @Nicobbl : au fait, merci pour lien, on a battu les records de fréquentations du blog, hier ! :)

  12. Julien dit :

    J’ai une pharyngite et j’ai dû venir 200 fois sur le blog dans la journée aussi. Ca doit jouer dans les stats lol.

  13. yacine_ dit :

    Je passe à l’arrache pour ajouter que Busta Flex est vraiment indissociable du titre. Vu que c’est lors d’un freestyle avec Busta en 1997 dans « Original Bombattack » que Kool Shen a rappé les deux premiers couplets de ce morceau. D’où peut-être après la partiticipation de Busta au reste. Voilà, c’est anecdotique mais ça me fait plaisir de le dire !

  14. TruK dit :

    Chronique touchante pour morceau culte… Et l’acoustique de ta chambre ça doit être quelque chose.

  15. Rémi dit :

    @yacine_ : Je crois que s’il y a un blog où tu peux raconter des choses anecdotiques, c’est ici !

    @TruK : Hier Chakra, aujourd’hui toi… A quand Kao et Keny sur ce blog ?!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :